Des chasseurs sadiques PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Attilio Gandi   
Samedi, 16 Janvier 2010 10:51


Réflexion sur la mentalité de certains chasseurs de sangliers en battue
Conversation avec l'un d'eux.
Le chasseur :  tout à coup il m'en sort un beau, au coup de carabine il s'en va. En examinant l'endroit où il était je trouve la moitié de sa langue sur le sol.
Moi : il devait drôlement saigner, tu n'a pas essayé de le retrouver ?
Le chasseur : non car à ce moment là ça menait de partout et je n'ai pas voulu prendre le risque d'en laisser passer un autre. C'est bien dommage il pesait au moins 70 Kilos.
Pour lui tout c'est résumé à environ 35 à 40 kilos de venaison qui ne sera pas vendue.
Les souffrances de la bête pendant son agonie qui a certainement été très longue, le laisse complétement indiffèrent.
Les chasseurs de sangliers en battue pratiquent aussi un humour très particulier.
Un groupe d'entre eux examine l'endroit où le sanglier vient d'être tiré.
L'un d'eux trouve soudain la moitié de la mâchoire inférieure détachée sur le sol, il l'a tend au tireur en riant et lui dit : «  tiens tu la mettras dans ta soupe ce soir  », éclat de rire de tous...
Là aussi une indifférence totale pour les souffrances qui ont dues être longues et terribles pour un noble gibier à qui ils doivent beaucoup de satisfaction et d'argent.

Réflexion sur la mentalité de certains chasseurs de sangliers en battue

Conversation avec l'un d'eux :

Le chasseur : tout à coup il m'en sort un beau ! Au coup de carabine il s'en va. En examinant l'endroit où il était, je trouve la moitié de sa langue sur le sol.

Moi : il devait drôlement saigner, tu n'a pas essayé de le retrouver ?

Le chasseur : non, car à ce moment là ça menait de partout et je n'ai pas voulu prendre le risque d'en laisser passer un autre. C'est bien dommage il pesait au moins 70 Kilos.

Pour lui, tout s'est résumé à 35 à 40 kilos environ de venaison qui ne sera pas vendue.

Les souffrances de la bête pendant son agonie, qui a certainement été très longue, le laissent complètement indifférent.

Pas la moindre idée de prendre la peine de faire appel à un possesseur de chien de sang, dont c'est le rôle de trouver les animaux blessés pour ne pas les perdre et abréger leurs souffrances.


Les chasseurs de sangliers en battue pratiquent aussi un humour très particulier :

Un groupe d'entre eux examine l'endroit où le sanglier vient d'être tiré. L'un d'eux trouve soudain sur le sol la moitié de la mâchoire inférieure qui a été  détachée net : il la tend au tireur en riant et lui dit : « Tiens, tu la mettras dans ta soupe ce soir  »... Eclat de rire général !...

Là aussi, une indifférence totale vis à vis de cet animal condamné à mourir de faim : en essayant de s'alimenter avec une mâchoire inférieure fracassée, ses souffrances ont du être longues et terribles.

La diversité de ces événements reproduits des centaines de fois font des chasseurs de sangliers en battue les plus gros responsables des souffrances causées aux animaux. Il convient de ne pas oublier les chiens courants parfois tués sur le coup, souvent gravement blessés et renvoyés à la bagarre dès qu'ils sont à peu près remis.

Il s'agit pourtant d'un gibier noble, auquel ils doivent tant d'argent, de plaisir et de gloire...

 

Mise à jour le Dimanche, 12 Mai 2013 14:12